banniere_pages.jpg

L’exploration urodynamique

 L’exploration urodynamique est une exploration fonctionnelle, un examen ayant pour but d’étudier le fonctionnement de l’appareil urinaire (vessie, canal de l’urèthre et sphincter urinaire). On le réalise avec deux petites sondes (une dans la vessie et une dans l’anus) par lesquelles on enregistre des pressions à l’aide de manomètres. L’examen ne doit pas être douloureux. Les résultats permettent de mieux comprendre les symptômes dont vous êtes affectés et de prendre des décisions de traitement plus précises.

 

Pourquoi l’exploration      urodynamique ?

L’exploration urodynamique est une exploration fonctionnelle qui a pour but de mieux connaitre le fonctionnement de votre appareil urinaire. C’est donc un complément, parfois indispensable, à tout ce qu’a permis de savoir la consultation médicale à propos de votre propre cas : il s’agit le plus souvent de mieux comprendre les causes d’une incontinence (qu’elle soit à l’effort ou par urgenturie) ou d’un trouble du comportement vésical (hyperactivité vésicale, rétention).

On ne peut concevoir l’exploration urodynamique si l’on ne connait pas auparavant les différents symptômes dont vous souffrez et la façon dont ils se sont développés dans le temps : il y a donc nécessairement une consultation médicale avant l’exploration. Au cours de cette consultation, le médecin vous explique en quoi va consister l’exploration urodynamique et comment vous y préparer.

 

Préparation à l’exploration

Une exploration fonctionnelle se doit de donner des résultats qui reflètent le fonctionnement normal quotidien de votre appareil urinaire : elle doit donc être aussi naturelle que possible et, pour commencer, strictement indolore.

 

Urodynamique 1 (1).jpg

Installation générale

 

Il n’y a pas de préparation spécifique à respecter, mais quelques conseils utiles doivent vous être donnés.

  • Venez si possible la vessie pleine : ceci veut dire d’éviter d’uriner avant l’examen. En aucun cas il vous est demandé de boire !
  • Il est souhaitable que soient interrompus tous les traitements agissant sur la vessie (antimuscariniques notamment), afin de ne pas fausser les résultats.
  • Il est souhaitable qu’un examen préalable des urines montre qu’il n’y a pas de bactéries dans les urines.

Installation pour l’examen

L’exploration se fait en position allongée, sur le dos, sur une table ou une chaise spéciale allongée. Il n’y a pas d’anesthésie, car dans ce cas les résultats pourraient être faussés. Il faut donc mettre en place successivement, avec douceur, la sonde rectale par l’anus et la sonde vésicale par l’orifice urinaire. Chacune est de tout petit calibre (calibre 9 CH soit 3 mm de diamètre environ) et passe donc très facilement.

 

Sondes urodynamique (1).JPG

Petites sondes : rectale de 3,3 mm et  vésicale (trois voies) de 2,7 mm

 

Cette mise en place doit garantir l’asepsie, c’est-à-dire éviter toute infection. On utilise donc un désinfectant pour les muqueuses (en général à base d’iode) et les sondes sont stériles et à usage unique, sans latex. Le risque d’infection est donc très faible, même s’il ne peut pas être nul.   

Ensuite commence l’examen proprement dit. Tous les appareils modernes sont maintenant informatisés et permettent de suivre et d’enregistrer plusieurs pressions simultanément en faisant des calculs automatiques. L’exploration comprend plusieurs phases.

 

La débitmétrie

La simple mesure du débit et de sa courbe lors de votre miction est une première mesure importante. Vous urinez en position assise, dans un appareil appelé débitmètre, avant la mise en place des sondes, de manière aussi naturelle que possible. La courbe est conservée et sera comparée à l’instantané mictionnel.

Débitmétrie.JPG

 

Le profil de pression uréthrale

La sonde vésicale se retire à vitesse constante dans l’urèthre en traçant la courbe de la pression, partant de l’orifice de sortie de la vessie et terminant à l’orifice extérieur, le méat. L’appareil qui déplace la sonde est le profilomètre.

Profilométrie.JPG

 

fjh,.png

 

       Le profil de pression est une courbe en cloche

 

On mesure simultanément la pression vésicale et la pression uréthrale, dont on calcule la différence : ce profil est un bon reflet de la valeur de votre sphincter : normale ou plus ou moins faible, cette valeur a un grand intérêt pour votre diagnostic et votre traitement (pronostic).

 

La cystomanométrie

L’enregistrement de la pression régnant dans votre vessie durant son remplissage constitue la cystomanométrie. Le remplissage est fait avec du sérum physiologique, à l’aide d’une pompe à débit constant.

Cystomanométrie.JPG

vkhj.png

      

  Plusieurs pressions sont enregistrées en même temps

 

On enregistre simultanément la pression vésicale et la pression abdominale (avec la sonde rectale) ; cette dernière permet de faire la différence entre un évènement strictement vésical (contraction anormale : la pression abdominale ne bouge pas) et un évènement abdominal (toux : la pression abdominale augmente aussi)

Durant cette phase, qui dure quelques minutes, l’examinateur note, avec votre aide et vos remarques tous les évènements qui se produisent : diverses sensations de besoin d’uriner que vous pourriez ressentir, fuites, sensations douloureuses, etc… Toutes ces notes sont indispensables à l’interprétation correcte des résultats.

 

L’instantané mictionnel

Lorsque la vessie est considérée pleine, l’installation permet de vous faire uriner sur le débitmètre, les sondes étant maintenues en place pour l’enregistrement des paramètres de la miction : contraction de la vessie, valeur du débit et de son évolution. Le résidu restant dans la vessie après la miction peut être estimé par l’échographie en cas de doute.

 

L’interprétation

Alors que les sondes ont été retirées et que vous pouvez vous rhabiller, le médecin doit donner l’interprétation des résultats : c’est la conclusion de l’examen, qui servira à la prise de décision. C’est donc un moment important qui demande un peu de temps avec un but précis : s’assurer que les valeurs retenues soient bien le reflet de la réalité, éliminer les résultats aberrants (artéfacts), traduire les résultats chiffrés en conclusions compréhensibles. La machine ne fait jamais ce travail seule.